lundi 7 mars 2016

Le principe de confiance

Publié le 27/05/2013

Le jeu de l’investissement a été inventé par le sociologue américain par Joyce Berg en 1995. Son principe est simple : un « investisseur » A et un « mandataire » B, qui ne se connaissent pas, ne se voient pas et ne se rencontreront pas après l’expérience, reçoivent chacun 10 euros de participation forfaitaire. A peut décider de garder son argent ou d’en donner tout ou partie à B (par exemple 5), sachant que la somme est alors triplée (les 5 deviennent 15) et que B peut, à son tour, renvoyer de l’argent à A (par exemple 7 sur les 15 reçus).

Si les individus sont des homo economicus froids et rationnels, B n’a aucun intérêt à rendre de l’argent et de ce fait A n’a aucun intérêt à lui en envoyer et chacun part avec ses 10 dollars de départ, soit un gain collectif de 20 euros. Comme d’habitude la réalité est un peu différente. Dans l’expérience réalisée par Berg seuls 2 « investisseurs » A sur 32 n’ont rien donné et un tiers des B a donné nettement plus que ce qui avait été reçu de A et un tiers n’a rendu qu’un euro ou moins. Pour une moyenne de 5 euros donnés, chaque A a reçu 7 euros. Au bilan, les A font très largement confiance aux B et ceux-ci honorent cette confiance par un acte réciproque. Chaque paire repart avec un gain moyen exact de 30,3 euros (ref). S’il aboutit parfois à des échecs individuels, le principe de confiance est collectivement nettement plus performant que le principe de précaution.

Cette expérience de l’investissement a été modulée ensuite en fonction de différents paramètres. On a ainsi démontré que les hommes A prenaient assez nettement plus de risques avec des inconnus que les femmes A mais qu’en revanche les femmes B étaient plus généreuses que les hommes B. Les paires hommes « investisseurs » et femmes « mandataires » se sont avérés nettement plus performantes que les paires inverses et surtout plus que les groupes unisexes. Une autre expérience a montré qu’en faisant respirer de l’ocytocine aux A on faisait augmenter de 17 % le niveau moyen d’investissement (ref). La confiance est donc une donnée chimique.

C’est aussi une donnée culturelle puisqu’on constate des différences assez nettes entre les pays. En France, si le nombre de A qui font confiance est aussi important qu’aux Etats-Unis le montant moyen accordé à B y est inférieur (4,66 euros) et la proportion de retour du même niveau. Le gain moyen des paires n’est plus que de 28,47. En Allemagne, en revanche, les A donnent en moyenne 6,6 euros et les retours sont supérieurs. Le gain moyen est de 33,27 euros. D’une manière générale, les pays du nord de l’Europe font plus confiance que ceux du sud. On retrouve logiquement cette tendance dans leur capacité à mettre en place des organisations horizontales importantes réunissant des inconnus comme les corporations, les syndicats ou les partis politiques et dans la capacité à se réguler par le dialogue, là où les pays du sud fonctionnent sur l’association souvent conflictuelle de petites cellules de confiance (la famille, les bandes, etc.) et de structures très hiérarchisées. Ces différences se retrouvent dans les performances économiques comme dans la consommation d’anxiolytiques.  

L’absence de confiance dans l’avenir mais aussi et surtout les uns dans les autres est le poison qui tue lentement une société et de ce point de vue la France actuelle ne se porte pas très bien. Pour autant, la mort n’est pas irrémédiable. On a vu des retournements spectaculaires. La France des trente glorieuses n’était plus celle des années trente et le Royaume-Uni de la Brit pop était autrement plus dynamique que celui des années Clash. Une nouvelle « aventure française » est non seulement obligatoire, elle est même possible à condition d’avoir confiance dans la confiance. 

16 commentaires:

  1. Faire confiance est prendre un risque.
    Zéro risque, ou zéro risque non-conscient?
    0 ou 1? Les deux, nous propose le numérique...

    RépondreSupprimer
  2. Très bon article (comme toujours). Particulièrement le dernier paragraphe, à mettre en lien avec le très récent sondage pour Marianne : http://www.harrisinteractive.fr/news/2013/27052013.asp

    Je me permet une auto-citation en lien avec cet article : http://certaines-idees.blogspot.fr/2013/03/un-projet-pour-france.html

    RépondreSupprimer
  3. Il faut utiliser l'ocytocine pour les interrogatoires, pour avoir des aveux plus rapide!

    RépondreSupprimer
  4. Grenadier de la Garde28 mai 2013 à 21:30

    Tout à fait d'accord avec vous.La situation n'est pas irrémédiable.

    Mais en France, c'est souvent passé par un projet, un homme providentiel, une équipe dévouée (L'épopée Napoléonienne, Jeanne d'Arc, la France Libre...)Pas gagné en l'état actuel...

    Et puis la force des médias est telle...Comment donner confiance quand toute la journée on répète le contraire...? Faut trouver le moyen...

    L'opposition Nord Sud est intéressante. Mais il y a des choses à prendre sur les rivages de la méditérannée...La solidarité entre les membres, la force des symboles, le caractère du chef, la certitude que la fin justifie (presque tous..) les moyens.
    Vous regardez la série Mafiosa ? C'est plein de choses stratégiques et tactiques, plein de formes de confiance, de méfiance, de trahisons et de fidélité...et finalement de courage...
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Grenadier de la garde,

    Cette dépendance à un chef providentiel est une faiblesse car:
    - Il peut très bien ne pas apparaitre.
    - Il peut ne pas être à la hauteur et pas être capable d'entrainer la nation.
    - A sa disparition, on retombe dans notre médiocrité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exemple très précis : le fameux général Boulanger !

      Supprimer
  6. "attendre" un homme providentiel n'est pas une disposiion d'esprit très offensive...

    RépondreSupprimer
  7. Il ne s'agit pas que de l'attendre, il s'agit surtout de le devenir.

    Le dernier "homme providentiel" français à bien dit que la gloire se donne seulement à ceux qui l'ont toujours rêvée.

    RépondreSupprimer
  8. "La confiance est donc une donnée chimique"

    Pas qu'elle semble-t-il. Ruwen Ogien a écrit un bouquin là-dessus:

    "L'influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine"

    (l'ouvrage ne traite cependant pas vraiment des logiques collaboratives mais de la façon dont on organise nos choix moraux)

    (si vous ne l'avez pas lu, je vous le conseille)

    RépondreSupprimer
  9. Grenadier de la Garde29 mai 2013 à 19:45

    "L'Homme providentiel" relevait d'abord de la constatation. Effectivement, c'est une faiblesse pour toutes les raisons invoquées par les différents interlocuteurs.
    Mais force est de constater que ce fut souvent le cas en France.
    Cela dit, d'autres pays en fait l'usage si j'ose dire, comme la GB avec Winston Churchill.
    Même l'Espagne a eu de la chance d'avoir Juan carlos pour rétablir la démocratie dans le calme...
    Peut-il encore ré apparaître ? Difficile de le dire car ce sont d'abord les circonstances qui font les Hommes. Même si ensuite, des caractères se révèlent...
    Bref, c'est compliqué...d'autant plus que les sociétés modernes post héroïques ne semblent pas acceuillantes à l'Homme providentiel. L'effet de zapping, le manque de repères, le matérialisme, la méfiance vis-à-vis des pseudo-élites, etc....
    Mais rien n'est jamais acquis...
    A suivre

    RépondreSupprimer
  10. "La France des trente glorieuses n’était plus celle des années trente et le Royaume-Uni de la brit pop était autrement plus dynamique que celui des années Clash."

    Il y a cependant des traits de caractères qui persistent à travers les âges :

    http://www.cairn.info/revue-annales-2003-5-p-953.htm

    Il semble en tout cas que l'on ne peut pas juste parler de pays du Nord : on ne peut pas mettre dans une même case les pays scandinaves, très égalitaires, avec l'Angleterre elle aussi pays du Nord mais qui accepte beaucoup plus d'inégalités que partout ailleurs en Europe.

    Le changement qui a bénéficié à l'Angleterre, c'est peut-être avant tout le retour à une forme d'organisation plus adaptée à la mentalité de ses habitants que celle mise en place après la deuxième guerre mondiale.(*)

    Dans ce cas, le malaise actuel de la France vient peut-être du fait que la construction européenne conduit à y mettre en place des réformes qui ne nous sont pas adaptées, alors qu'on aurait pu faire autrement.
    Je pense en particulier à la privatisation des entreprises publiques (France Telecom, EDF, voire SNCF) qui fonctionnaient bien dans notre pays.

    Car la modernisation des télécoms, pour répondre aux objections habituelles des privatisateurs, a eu lieu dans le cadre du monopole, ainsi que la création de la norme GSM au niveau des différents opérateurs publics (à l'époque) européens, bel exemple de coopération européenne.

    Pour EDF, il y a l'ouverture à la concurrence qui fait monter les prix : (point de vue de deux ex PDG)

    http://www.mines-energie.org/Dossiers/Ouverture2011_17.pdf
    http://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/pv_sign/Delaporte_ca_decoiffe.pdf

    et complique la gestion technique : (exemple des barrages)

    http://www.sauvonsleclimat.org/debats-publicshtml/delacoux-concessions/35-fparticles/1403-delacoux-concessions.html



    (*) il y a eu aussi la montée en puissance des gisements de gaz de la Mer du Nord, ne l'oublions pas, que ce soit pour Angleterre, Pays-Bas, Norvège ou Danemark.

    RépondreSupprimer
  11. Comme toujours mon colonel vous publiez un excellent article,

    Pour faire court une société basée sur la confiance et non la défiance (avec ses corollaires : agrégats de petite bandes et pouvoir très hiérarchiser) , elle est notamment dans le moyen et long terme plus efficace et apaisé. On l'observe pas seulement en politique, mais aussi dans les entreprises capables de se perpétuer pendant des décennies.

    RépondreSupprimer
  12. Quel effroyable gloubi-boulga ! N'avez-vous rien de mieux à faire que de vous aligner sur le battage médiatique contemporain autour des "investisseurs" ?
    D'autant que ces petites expériences de psychologie sociale existent depuis bien longtemps, et n'ont été présentées en ces termes pseudo-économiques que récemment.

    La France des Trente glorieuses n'était certainement pas aussi obsédée par ce thème, et par la destruction de ses atouts qui en résulte en pratique, que la France actuelle. Elle était organisée autour de l'Etat, comme la France l'a toujours été, mais sans l'auto-dénigrement actuel qui vient en partie de tous les illuminés qui veulent nous forcer à favoriser les "investisseurs".

    En pratique, lâcher les manettes du contrôle de nos grands groupes par l'Etat aboutit à une prise de contrôle par l'étranger et à une stratégie de ces grands groupes au détriment du reste du pays. Vu les résultats, il faut quand même être gratiné pour s'associer à ça...

    RépondreSupprimer
  13. Suggestion de lectures par Marc Pierre
    Bonjour
    Sur le thème de la confiance, de la méfiance et de la défiance, outre Francis Fukuyama, nous pouvons citer les auteurs suivants.
    Diego Gambetta, Peut-on se fier à la confiance ? 1988 (Can we trust trust ?), Université d'Oxford, Departement de sociologie, chapitre 13, pages 213 à 237. L'auteur transalpin distingue la confiance limitée, la confiance généralisée et la confiance dans les institutions et pose une question inhabituelle, mais non anodine : peut-on mesurer la confiance ? En fait, la confiance généralisée est mesurée à l'aide de l'outil statistique General Social Survey (GSS), panorama social général, aux Etats-Unis depuis les années 1950, tandis qu'elle l'est au niveau mondial à l'aide de l'outil World Values Survey (WVS), panorama des valeurs universelles, depuis les années 1980.
    Alain Peyrefitte, La société de confiance, Paris, Odile Jacob, 1995. Et si les mentalités et les comportements des individus en société constituaient le principal facteur du développement et, a contrario, du sous-développement ? En revisitant l'histoire de la chrétienté occidentale, l'académicien français s'efforce de montrer que le développement en Europe trouve une explication dans ce qu’il appelle un « éthos (ensembles des caractères communs à un groupe d'individus appartenant à une même société) de confiance » qui a bousculé des blocages et interdits traditionnels et favorisé l’innovation, la mobilité, la compétition, l’initiative rationnelle et responsable.
    Yann Algan et Pierre Cahuc, La société de défiance : comment le modèle social français s’autodétruit, Paris, Ecole Normale Supérieure d’Ulm, 2007. Selon ces auteurs, la société française contemporaine est rongée par le corporatisme et l'étatisme. Le premier, confortant des rentes de situation au profit de certains groupes et individus, engendre des inégalités, tandis que le deuxième, affaiblissant la société civile, est à l'origine de formes diverses de détournement de biens en se jouant cyniquement des règles établies. Ces deux phénomènes combinés nourrissent un climat général de défiance qui, simultanément, altère la production de richesses, entretient le chômage de masse et accroît la demande d'intervention de l'Etat que l'on dénonce pourtant pour être générateur de passe-droits.
    Bonne semaine à tous

    RépondreSupprimer
  14. La confiance ? Quand vous avez en face de vous des politiques et des élites proclamées vous demandant de faire ce qu'ils disent en parole tout en ce dédouanant eux mêmes de le faire à titre d'exemple n'avez vous pas l'impression d'être pris pour un con ??

    RépondreSupprimer
  15. Il manque dans ce rapport entre investisseur et mandataire un paramètre de poids, c'est celui de "réputation", qui à lui seul impose le panorama d'un contexte réel, sans lequel, ce type de rapport n'existerait pas vraiment. Eliot Mess

    RépondreSupprimer