lundi 18 avril 2016

L'ultime champ de bataille, un livre de Frédéric Chamaud et Pierre Santoni

Il s’agit d’un ouvrage original (aux Editions de Pierre de TAILLAC, décidément très dynamique dans le domaine militaire) car il traite un sujet très souvent rebattu mais pas toujours abordé avec précision : La guerre dans les zones urbaines confinées.

Abordant délibérément ce sujet sous l'angle purement tactique, cet ouvrage s'appuie sur une douzaine de batailles (pas forcément les plus connues) pour décrire ces différents types de combats et d'actions. De Madrid en 1936, et ses furieux assauts pour la Cité Universitaire, jusqu'aux opérations récentes en Irak et en Afghanistan, il couvre tous les aspects tactiques et micro-tactiques souvent difficiles à décrire.

Par un de ces paradoxes dont est familière la science militaire, c’est désormais dans ces milieux urbains ou confinés  que les armées modernes sont réellement obligées de manœuvrer. C'est là que l'on trouve des duels, de la conduite en cours d'action, de la vraie interaction entre les adversaires. C'est là que la planification compte moins, c'est là aussi que les qualités nécessaires à la manœuvre donnent un atout décisif. C’est là que se fait la décision.

Les auteurs retracent avec précision l’évolution des combats et des tactiques employées depuis les années Trente, lorsque la guerre s’est installée durablement au cœur des villes et des villages, au sein des populations. Ils décryptent l’évolution des opérations, faisant la part des mythes trop souvent transmis dans ce domaine. Ils rendent accessible, au profane comme au spécialiste, un milieu par nature complexe et confus.

Le grand intérêt de l'ouvrage est de démontrer que ces types de combat sont à la fois nouveaux (environ un siècle) et à la fois très classiques, en ce sens qu'ils renouvellent la nécessité de manœuvrer. Chose parfois oubliée à l'aune des progrès technologiques. Si la technologie continue à évoluer avec encore plus de drones et de robots, c’est sans doute dans ces espaces peuplés que se dérouleront les derniers combats d’homme à homme, où le nombre et la qualité des combattants et des chefs de guerre seront encore déterminants. C’est de manière inattendue le lieu du retour de la manœuvre classique.

Il s’agira alors bien de « l’ultime champ de bataille ».

Les auteurs s'appuient sur leur expérience pratique de ce milieu - qu'ils ont connu en opérations et lorsqu’ils servaient au centre d’entraînement en zone urbaine (CENZUB-94ème RI) de Sissonne - en la confrontant aux leçons de l'Histoire. Outre une série de photos significatives, le livre comprend également des schémas tactiques volontairement rendus accessibles au public.

2 commentaires:

  1. Bonjour Mon Colonel,

    Si l'on pose le postulat développé par L.Henninger sur le couple fluidification/solidification du terrain d'évolution (champ par essence dévolu au génie, mais désormais accessible-déconcentré via la technologie, cf essaims de minidrones, autonomisation de plateformes létales, etc.) on finit effectivement par tomber sur l'humain comme maillon ultime difficile à fluidifier ou à solidifier (et encore est-il solidifiable par l'adjonction de dispositifs prothétiques pouvant le durcir ; en revanche sa fluidification demeure pour l'heure limitée au déport de certains sens et au déclenchement du feu des plateformes unmanned) : si l'on venait à contourner cette dernière "résistance" humaine à la fuidification, votre conclusion serait dépassée.
    La manoeuvre demeurerait la pierre d'achoppement, mais l'humain n'est serait plus nécessairement l'élément central./.

    Bien respectueusement,
    CL'h./.

    RépondreSupprimer
  2. L'anglicisme est une pathologie. Frédéric Chamaud et Pierre Santoni sont profondément malades.

    RépondreSupprimer