mardi 22 août 2017

La guerre de proximité ou Quand on veut vraiment être efficace dans la protection de la population.

Les conflits contre les organisations non-étatiques laissent apparaître deux grands modes opératoires pour les forces régulières : des opérations de « va-et-vient » à partir de bases (reconnaissances en force, patrouilles, raids aéroterrestres, etc.) et ou des opérations de présence permanente au sein de la population (postes en Indochine, Groupe de commandos mixtes aéroportées au cœur des tribus du Tonkin, Sections administrative spéciales en Algérie, etc.).

L’expérience américaine des Combined action platoons (CAP) durant la guerre du Vietnam est intéressante car elle est une des seules, parmi toues ces opérations de « proximité », à avoir fait l’objet d’analyses scientifiques.

Naissance d’une innovation tactique

Dans les conflits au milieu des populations, l’analyse initiale de l’ennemi détermine très souvent l’engagement dans un mode opératoire dont il est ensuite difficile de sortir. En 1964, lorsqu’il prend le commandement des forces américaines au Vietnam, le général Westmoreland, de l’US Army, considère le Viêt-cong (VC) comme un auxiliaire de l’armée nord-vietnamienne (ANV), à la manière des partisans soviétiques combattant en liaison avec l’Armée rouge. Il engage donc les forces américaines dans la recherche et la destruction de ces bandes armées sans se préoccuper du sort de la population sud-vietnamienne.

De son côté, le Corps des Marines, qui prend en charge en 1965 la zone du 1er corps d’armée sud-vietnamien au Nord du pays et conserve une certaine autonomie d’appréciation, analyse le Viêt-cong comme un mouvement politique national qu’il faut couper de son soutien local. Tout en combattant les unités régulières VC-ANV, le général Walt décide donc de s’intéresser aussi à la population et confie des zones de quadrillage à ses bataillons.

Les innovations militaires sont avant tout le fruit d’une forte incitation et de la possession d’informations pertinentes. En temps de paix, ce sont principalement les organes de réflexion institutionnels qui disposent de ces deux éléments. En temps de guerre et surtout de guerre d’un nouveau type comme au Vietnam, ce sont les unités qui ont des missions à remplir au contact de l’ennemi qui forment le moteur des évolutions. L’idée des Combined action platoons (CAP) naît ainsi du décalage entre les effectifs des bataillons de Marines déployés sur le terrain et la dimension de leurs zones de responsabilité. Dans la manière américaine, les unités ont alors une certaine latitude pour expérimenter des solutions possibles. Un bataillon crée sa propre force de supplétifs volontaires, un autre entreprend d’entraîner plus efficacement les forces populaires (FP, milices villageoises sud-vietnamiennes) de son secteur. En s’inspirant surtout des méthodes utilisées par les Marines au Nicaragua de 1925 à 1933, le chef du 3e bataillon du 4e régiment propose de son côté d’injecter un groupe de combat (14 Marines et 1 infirmier de la Navy) dans chaque section des FP de son secteur (15 à 35 hommes au maximum).

Imprégné de la culture des « Banana wars », ces opérations de contre-insurrection du premier tiers du siècle en Amérique centrale, le commandement du Corps donne son accord à cette dernière idée et une première expérience débute en août 1965 dans la province de Phu Lai, près de la base de Danang, avec une section d’infanterie répartie dans quatre sections de FP. La mission de ces sections mixtes est triple : contrôler la zone peuplée et interdire son accès au Viet-cong, renseigner sur les besoins des populations et sur les activités de l’ennemi, former les forces populaires de manière à ce qu’elle puisse se passer des Américains.

Cette première expérience permet de mettre en évidence les difficultés d’une telle «  greffe » (langue, adéquation culturelle, décalage de combativité avec les FP) mais aussi les grandes potentialités de l’association des capacités tactiques américaines et de la connaissance du milieu des Vietnamiens.
Extension, transformation et blocage
Au début de 1966, le succès de ces premières CAP est tel qu’il est décidé d’en former quatre supplémentaires chaque mois avec des volontaires américains acceptant de passer au moins six mois dans un village vietnamien, quite à prolonger leur tour de service au Vietnam.

Un premier bilan réalisé à la fin de l’année montre que la « zone CAP » est deux fois plus sécurisée que celle où les Américains ne pratiquent que du « search and destroy ». Le Viêt-cong n’y recrute pratiquement plus et ne peut plus y percevoir de taxes et de riz alors que l’administration du gouvernement républicain peut s’y exercer normalement. Le taux de désertion des FP y est resté pratiquement nul (contre plus de 15 %  dans l’ensemble du Sud-Vietnam) et pour 6 Marines et 5 FP tués, 266 VC-ANV ont été éliminés. Il est vrai que les Communistes (entre 30 et 50 000 combattants dans la zone du 1er corps) ont été peu agressifs contre cette expérience, persuadés qu’elle échouerait d’elle-même par la maladresse des Américains.

En réalité ceux-ci sont très prudents et très progressifs dans leur insertion dans les hameaux. Après deux semaines de stage dans l’école CAP, les Américains commencent par effectuer de pures opérations de sécurité en périphérie des villages pour apprendre à communiquer avec les FP et connaître le milieu humain, physique et animal (le comportement des buffles par exemple). Ce n’est que dans un deuxième temps que les Américains pénètrent dans un village et y logent au milieu des habitants (en payant un loyer). Leur quotidien est fait de patrouilles-embuscades (la norme est de trois par jour dont deux de nuit), d’instruction mutuelle et de recueil de renseignements.

Une nouvelle évolution survient en octobre 1967 lorsque les CAP sont retirées du commandement des bataillons pour être intégrées dans une structure centralisée de compagnies (pour la coordination tactique) et de groupes (pour le soutien logistique et la gestion des ressources humaines). L’ensemble est rattaché directement à l’état-major de la IIIe Marine amphibious force.

Lorsque débute l’offensive communiste du Têt, fin janvier 1968, il existe plus de 80 CAP, fortes au total de presque 1 800 Américains et de plus de 3 000 Vietnamiens. A ce moment-là, les communistes ont compris la menace que celles-ci pouvait représenter et alors que les CAP ne protègent que 10 % de la population de la zone du Ier corps, ils concentrent contre elles près de 40 % de leurs attaques. Bien que leurs pertes soient lourdes (120 Marines tués en cinq mois, soit moins de 1% des pertes américaines de l’année 1968) face à des adversaires très supérieurs en nombre, les CAP font preuve d’une grande résistance et aucune d’entre elles n’est détruite grâce à la combinaison de la connaissance du milieu et de la rapidité d’intervention des renforts et des appuis feux extérieurs. A la fin de la bataille, afin de constituer des cibles plus difficiles,  les CAP deviennent nomades. Leur vie est un peu plus rude et leur imprégnation dans le milieu humain un peu moins profonde mais elles sont plus offensives et peuvent mieux utiliser la puissance de feu américaine en portant le combat hors des villages.

L’année 1969 est celle de la plus grande activité. Le nombre de CAP atteint la centaine répartie dans 19 compagnies et quatre groupes avec plus de 2 200 soldats américains et près du double de Vietnamiens. Chacune d’entre elles effectue dans l’année environ 1 500 patrouilles-embuscades pour, en moyenne, protéger environ 2 000 habitants et éliminer 24 ennemis, au prix d’un mort américain et d’un mort FP, soit un rapport de pertes identique aux sections composées de seuls Américains et cinq fois supérieur à celui des sections FP composées de seuls Vietnamiens. Un Américain inséré dans une CAP élimine donc deux fois plus d’ennemis (et pour un coût financier au moins trois ou quatre fois inférieur) qu’un même soldat agissant au sein d’une unité de combat purement nationale, tout en aidant la population et en instruisant les forces locales. Durant cette année 1969, les CAP représentent 1% des pertes totales américaines au cours de l’année 1969 pour environ 2 % des combattants. La protection invisible de la connaissance du milieu physique et du renseignement fourni par la population s’avère ainsi au moins aussi efficace que les murs des bases.

Grâce à cette protection, les pertes par mines et pièges sont marginales dans les CAP alors qu’elles représentent 30 % des pertes totales américaines. Grâce à elle encore, les CAP ont l’initiative des combats dans plus de 70 % des cas, ce qui suffit généralement à l’emporter, alors que la proportion est inverse avec les opérations de « va et vient » depuis les bases, ce que les bataillons américains sont obligés de compenser par une débauche de feux. Les membres des CAP, dont 60 % demandaient une prolongation de mission pour rester dans les villages, sont restés à l’abri de la forte dégradation du moral qui frappa le reste du contingent américain à partir de 1969.

Le CAP décline très rapidement dans l’année 1970, en proportion du retrait militaire terrestre américain. La dernière section est dissoute en mai 1971. Les pertes des CAP ont alors été de 468 morts américains en cinq ans, soit 0,8 % du total général.

Une innovation contre-intuitive et trop éloignée de la culture militaire américaine

Malgré leur efficacité les CAP n’ont connu qu’une extension très limitée qui doit surtout à des blocages culturels et organisationnels.

Par leur mixité de missions et de composition, les CAP se sont trouvées à la croisée de trois commandements peu favorables : le commandement militaire sud-vietnamien qui n’aimait pas voir une partie de ses forces lui échapper, l’ambassadeur américain Komer, qui estimait avoir le monopole de tout ce qui relevait de la pacification, et le haut-commandement militaire américain au Vietnam qui dénonçait dans les CAP un gaspillage de moyens au détriment des opérations offensives de « recherche et destruction ».

Pour le général Westmoreland, protéger tous les groupes de villages du pays aurait ainsi nécessité 10 000 CAP. En réalité, cet effort humain n’était pas insurmontable quantitativement pour un contingent de 550 000 hommes, au plus fort de l’engagement américain. Il aurait été plus difficile en revanche de maintenir le volontariat et la même qualité pour de tels effectifs.

Les CAP, à la mission essentiellement préventive menée par des sous-officiers, souffraient surtout à ses yeux de ne pas montrer de résultats spectaculaires. Plus profondément, comme le souligne Douglas Blaufarb dans The counterinsurgency era : US doctrine and performance : « Le commandement a été incapable d’admettre la conclusion implicite du succès du CAP qui était que les ressources immenses dont il disposait en équipement et technologie étaient inadaptées à ce type de guerre  ».
Le renouvellement de l’expérience en Irak
L’idée des CAP est reprise par les Marines lors de leur prise en compte de la province irakienne d’Anbar en avril 2004 avec un résultat d’abord très mitigé tant la situation est alors grave, le ressentiment anti-américain fort et les forces locales peu fiables. L’expérience est cependant  relancée, y compris dans l’US Army, lorsque l’armée irakienne commence à avoir une certaine consistance. A la fin de 2005, le 3e Régiment de cavalerie du colonel McMaster (où l’effort de préparation culturelle et linguistique a été considérable) réussit à reprendre et contrôler la ville de Tall Afar grâce à un maillage de postes mixtes urbains permanents irako-américains. Ce mode d’action prend surtout une ampleur considérable à Bagdad en 2007 grâce à un engagement massif américain (40 000 soldats) et la présence d’alliés locaux fiables comme l’armée régulière irakienne et les milices du Sahwa. Ce sont ces centaines de postes de quartier où Américains et Irakiens vivent ensemble pendant des mois qui permettent enfin de sécuriser la capitale de six millions d’habitants.

Il est ainsi apparu que la méthode des postes et de la fusion avec les forces restait efficace pour contester à l’ennemi la contrôle d’une population, à condition toutefois de respecter certains principes : la fusion avec des forces locales suppose que celles-ci existent et aient un minimum de fiabilité et de légitimité au sein de la population ; la greffe dans un tissu social particulier est plus ou moins facile en fonction de la culture d’accueil de la population, de l’image de la force étrangère par rapport à celle de l’ennemi et de l’effort d’apprentissage effectué ; il faut accepter l’idée contre-intuitive que des soldats apparemment vulnérables peuvent être mieux protégés par leur insertion dans le milieu local que dans des bases ; il faut accepter enfin d’y consacrer les moyens humains importants si on veut atteindre un seuil critique efficace.

20 commentaires:

  1. Merci mon Colonel pour cet exemple historique remarquable. Pensez-vous qu'il serait possible d'appliquer cette même méthode dans une opération de l'armée française en cours, par exemple Barkhane ? Et est-ce que l'armée française a appliquée cette méthode, ou une proche, au cours d'une opex précédente ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je milite pour ma part pour la formation de compagnies, voire de bataillons mixtes avec des Français et des locaux sous contrat pour l'armée française.

      Supprimer
    2. Bonjour ,
      Anonyme du 22 aout 2017
      " Et est-ce que l'armée française a appliquée cette méthode, ou une proche, au cours d'une opex précédente ?"
      Si ce sont des unités mixtes que vous parlez , il existe un précédent historique célèbre


      Unités de contre-guérilla durant la campagne du Mexique avec des Amérindiens Yaquis !
      http://www.gregoiredetours.fr/revolution-xixe-siecle/restauration-second-empire/eric-taladoire-les-contre-guerillas-francaises-dans-les-terres-chaudes-du-mexique-1862-1867/
      http://mapage.noos.fr/jflecaillon/Pages/fondements_et_illusions.htm
      http://books.openedition.org/cemca/833?lang=fr
      Sur l'Indochine voir une vision cynique des " SAS" dans le film de commande " patrouille sans espoir "
      https://www.youtube.com/watch?v=RsSc7jEan8A

      Le " problème " c'est qu'il faut assurer le SAV , c'est à dire une fois le départ acté il faut ramener ces trai[censuré] auxiliaires avec nous sinon c'est le massacre assuré pour ceux-ci : Yaquis , Méos ou Harkis .
      Les seuls a à peu prés s'être comporté de manière civilisée ces deux derniers siècles avec des troupes auxiliaires ce sont les Ottomans avec leurs auxiliaires Tcherkesses
      Très Cordialement
      Daniel BESSON

      Supprimer
    3. Je suis totalement en phase avec cette proposition, mais comme le souligne D Besson, il ne faudra pas les laisser tomber ensuite.

      Supprimer
    4. Daniel Besson et Tosque JL :

      Bien sur la méthode a été déjà employée : avec les Yaquis au Mexique, Méos au sein des GCMA français puis leurs successeurs US, Harkis et assimilés en Algérie, etc.. Mais tout le problème, c'est que l'armée française abandonne quasi systématiquement lors de son retrait ses supplétifs, certes les américains font quasi de même......

      Mon colonel votre idée de compagnies et bataillons mixtes à base de locaux sous contrat français, elle est en théorie excellente. Mais notre passé militaire ne plaide guère, pour le respect de ces contrats..... On peut faire confiance à notre état-major, Ministre des armées et Affaires étrangères, pour trouver moult arguties juridiques afin de qualifier ces contrats de civils et temporaires, cela lors de notre retrait !......

      Supprimer
    5. C'est quand même plus ou moins le principe d'une OMLT ou d'un DLAO !

      Supprimer
  2. Bonjour mon colonel

    nous nous sommes rencontrés à l'IRIS en avril dernier, je souhaite vous envoyer des infos au sujet de la fermeture des hôpitaux dont celui actuel militaire de Bordeaux .
    A vous revoir, acceptez mes sincères salutations .

    jmarc Guillon guillonjmarc@orange.fr

    les Amis du Monde Diplomatique
    CoordiNationaleHôpitaux

    RépondreSupprimer
  3. Mon Colonel,
    Cela rejoint aussi l'opération "Buon Enao" au début des années 60, mené initialement par la CIA puis encadré par les Special Forces US, sur le Hauts Plateaux vietnamiens. Cette expérimentation fût le point de départ des CIDG, elle visait à protéger la population montagnarde de l'influence communiste en encadrant des forces locales de défense puis des groupes de réactions rapides plus mobiles et offensifs.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  4. Le capitaine Mattei en Indochine avait une équipe mixte il me semble. Sinon Barkhane est déjà un mix avec les armées autochtones, les opérations sont en général partagés. Les traducteurs au sain des équipes en Afghanistan abordent également un peu cette question de la mixité.

    RépondreSupprimer
  5. Il s'agit de de constituer des unités sous commandement (et financement) français, une grande part de l'encadrement français et le reste en recrutement local.

    RépondreSupprimer
  6. @Trekker "Mais tout le problème, c'est que l'armée française abandonne quasi systématiquement lors de son retrait ses supplétifs, certes les Américains font quasi de même..."

    Vous donnez l'impression de raisonner comme si le départ des troupes françaises devait avoir pour conséquence le supplice des supplétifs.
    C'est supposer la victoire de l'ennemi.
    Or, quand on fait la guerre, en général, c'est dans l'espoir de vaincre ou, au moins, de ne pas être vaincu.

    J'ajouterai ceci :
    De nos jours, l'idée d'émigrer en Occident est devenue très populaire dans le Tiers-Monde.
    Or, si, l'émigration est possible, qui se battra pour sa (pauvre) terre et sa (faible) liberté ?
    Et, si un supplétif a pour perspective l'émigration au départ du corps expéditionnaire, son engagement perd son sens et sa valeur d'exemple et d'entraînedment.
    Conclusion : Là où nous nous engageons, il est souhaitable que l'émigration soit très difficile, et il est nécessaire que les supplétifs n'aient pas pour perspective l'émigration mais la victoire (et si l'alternative à la victoire est la mort, c'est tant mieux pour les chances de la victoire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Très juste,et une vérité éternelle,et éternellement oubliée: rien ne remplace la Victoire. C'est pourquoi l'engagement doit être prudent et réfléchi, à la hauteur de l'enjeu etc... Sauf si notre existence nationale est en cause, ce qu'à vue d'homme ne sera pas le cas pour au moins les 20 ans à venir. Et nous avons si peu de combattants à engager et encore moins à gaspiller dans une furia francese inconsidérée. Prospective, réflexion, prévision, toujours et encore. Ce à quoi le Colonel Goya nous invite...

      Supprimer
  7. @ Jovien

    Certes mes remarques reposent uniquement sur le passé, mais qui dit que cela ne se reproduira pas dans le futur ? Notamment dans le cas d'un repli de nos propres militaires après la fin des opérations : échecs de celles-ci ou obtention d'un statut-quo précaire.

    On ne peut donc exclure ces cas de figures, et hélas nos politiques n'ont jamais alors eu le souci du devenir des supplétifs qu'ils avaient fait recruter par nos armées. D'ailleurs cela n'est pas propre aux politiques français, exemple : US vis à vis de leurs supplétifs au Vietnam, Cambodge et Laos. Nombre de conflits et guerres contemporaines, elles ne se soldent pas de manière dichotomique telle que vous l'envisager.

    La solution du colonel Michel Goya est fort pertinente, entre autre dans la bande sahélienne, mais il faudrait préalablement que notre état-major définissent sans ambiguïté le statut de ces recrues locales. Cela afin d'éviter à ces locaux la répétition de leur "lâchage" par nos politiques, et avec toutes les culpabilité-rancoeurs que cela génèra chez nos militaires.

    RépondreSupprimer
  8. mon colonel,
    michel
    article captivant qui m'amène deux remarques :
    ce bilan reste d'une actualité brûlante. on pourrait le transposer, toutes choses étant égales par ailleurs, à la problématique de la police de proximité. cela suppose un travail préliminaire d'immersion dans ce qui peut être considéré comme une autre société : celle des ZEP (sans jugement de valeur). elle suppose naturellement la constitution de "détachements interarmes" d'un nouveau genre : policiers, médecins, accompagnateurs sociaux, enseignants... les enjeux sauront ils s'imposer aux corporatismes ?
    cette approche opérationnelle se heurte à la tyrannie du temps court propre aux sociétés occidentales : il faut des résultats rapides et immédiats, à plus forte raison sur le territoire national.

    COL (ER) Ph ROBIN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Monsieur Ph Robin, votre idée de transposition d'une situation a une autre d'essais stratégiques non efficaces au final même si c'étaient des améliorations certaines est intéressante ,mais certainement pas suffisante pour qu'une banlieue vivant de prestations de l'état et surtout de traffics en tout genre , deviennne vertueuse , même sur le long terme pour de multiples raisons.Parmi celles -ci et sans s'étendre puisque hors du domaine militaire,la possibilité d'avoir un emploi est quasiment nulle et cela ne s'améliorera pas le temps passant.quand bien même cela serait (totalement utopique), les revenus d'un travail normal sont ridicules par rapport à ceux générés par l'illégalité .Il est donc inutile de lister les autres raisons (nous pourions écrire des livres)Le lion ne mange pas des bananes(proverbe Bantou)

      Supprimer
  9. Il me semble que le pendant politique de cette "mixité" opérationnelle est aussi important. Sur le conflit vietnamien ceux du "Nord" ont su imposer de gré ou de force leur idéologie communiste (égalité, bonheur pour tous etc...) et la lutte contre la corruption, il y avait un but , un projet politique , quoiqu'on en pense. En cela ils ont bien été aidés par les présidents sud-vietnamiens corrompus et leur clique. Aujourd'hui la victoire des armes ne suffit plus pour stabiliser une société après le conflit armé. Je crains que sans unité nationale, sans un projet politique, économique et de société commun le temps de paix sur la longueur soit compromis. Cela suppose donc une classe politique non corrompue, des élites désireuses d'oeuvrer dans leur pays, une jeunesse impliquée avec un avenir. La plupart du temps les anciennes dissensions ethniques ou religieuses ressurgissent. (ex-Yougoslavie, Afrique) Nous devons comprendre, nous les "Occidentaux", enfin, que notre système politique ( un président, une assemblée nationale..) n'est pas forcément transposable chez d'autres. Chaque pays (ou région avant les frontières modernes) a son histoire. Si un pays a plusieurs ethnies et estime être mieux représentés par des chefs de tribus, pourquoi pas, si cela fonctionne. Il est évident que le colonialisme européen n'a rien arrangé, après avoir érigé des frontières sans tenir compte des anciens royaumes et territoire des diverses ethnies. C'est bien donc une prise en compte "Pluridisciplinaires" du conflit , impliquant militaires, personnel politique , élites locales, médecins, enseignants, entrepreneurs, police, justice, renseignement.. qui permet d'obtenir une paix durable. La connaissance des cultures locales est incontournable, ainsi que l'aide des historien et analystes. Il est sain également de relire l'excellent livre de Jean ZIEGLER "La haine de l'occident". Merci mon Colonel pour ce site qui nous oblige a penser.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour ,
    Pour ceux qui ont la patience de lie sur Gallica
    La contre-guérilla Française au Mexique ( Souvenirs des terres chaudes )
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6366095x
    Les Mexicains en ont fait une traduction .
    Daniel BESSON

    RépondreSupprimer
  11. Parmi les expériences intéressantes, citons l'action française au Tchad entre 69 et 72, avec le général Cortadellas très bien racontée par l'un de ses acteurs, le général de Tonquedec dans "face au Darfour".

    RépondreSupprimer
  12. Pour faire court, nous avons un besoin urgent d'une vraie force d'intervention des Nations Unies et pas d'un conseil de sécurité de petits caporaux...

    RépondreSupprimer